EAGQIV-Jim

JIM

(Jim et sa compagne de confession boudhiste entrent dans l’Islam)

Malgré l’évolution de l’Occident, et la pluralité du marché d´emploi qu’on y trouve, les mosquées et les centres islamiques fonctionnent grâce aux aides des volontaires. Il arrive aussi que les centres s’entraident entre eux pendant certains travaux. C’est dans ce cadre que dans une matinée d’un week-end, un groupe de fidèles de notre mosquée s’est rendu à une mosquée proche de la nôtre pour les aider à abattre quelques grands arbres. Nous sommes quittés le matin de bonheur pour un voyage d’un quart d’heure en voiture. Et comme Jim était dans la même voiture que moi, j’ai profité de l’occasion pour lui demander l’histoire de sa conversion, surtout qu’il était nouveau dans la communauté.

La première chose qu’il m’a dit était qu’il a grandi dans une famille chrétienne pratiquante et régulière à l’église toutes les semaines. “Mes parents étaient habitués à payer à l’église dix pour cent de leurs revenues pour nous assurer une place  lors des messes. Et cela leurs revenaient trop cher vu la limite du budget de la famille. Peu après mes parents ont décidé de changer cette église, parce qu’ils n’étaient pas satisfaits du service rendu par le personnel de l´église. Nous avons donc opté pour une autre église qui ne prenait que huit pour cent. Et c’est ce que fait la majorité des églises. Personnellement, je ne cautionnais pas le fait  que l’on soit obligé de payer une somme avant de s’assurer une chaise à l’église. Alors dès que j’ai commencé à être responsible de mes actes, j’ai cessé complètement d’aller à l’église.

Après que j’ai obtenu mon diplôme secondaire et me suis fait inscrire à l’université, j’ai pris connaissance de plusieurs étudiants musulmans des différents pays islamiques, et il nous arrivait très souvent de s´échanger de points de vue sur nos  confessions réligieuses sans problème”.

Il est peut-être important de mentionner ici les avantages des universités occidentales. Dans ces milieux, les étudiants de différentes nationalités et religions se retrouvent, s’échangent des idées en respectant les principes du dialogue. Les étudiants musulmans ont donc profité de cet atmosphère, pour appeler à l’Islam et présenter la position correcte de l’Islam sur plusieurs sujets d’ordre individuel ou collectif.

Jim a ajouté: “Parmi les questions que je leur ai posées, étaient celles  qui m’intriguaient beaucoup sur l’église; le fait de payer avant de pouvoir prier. J’ai demandé à l’un d’eux s’il était obligé à un musulman de payer pour prier dans la mosquée? Il l’a refusé catégoriquement et ajouta: “ Tous les musulmans ont droit d’entrer et faire la prière dans n’importe quelle mosquée sans distinction aucune”

Jim a beaucoup approuvé cette idée, car dans la logique des choses, l’on ne doit pas payer pour adorer Dieu. Et cela l’a motivé à savoir plus sur l’Islam.

“Ma compagne était une bouddhiste, et notre chambre était pleine des statuettes de bouddha sans que nous y accordions une importance, nous ne nous attachions pas tous les deux à nos croyances. Lorsqu’elle avait remarqué enfin l´intérêt que j´accorde à la réligion, elle a choisi de m’offrir comme cadeau de noël un livre de caractère philosophique selon elle. Lorsque j’ai commencé à le lire, j’ai trouvé que c’était une traduction du sens du saint Coran en Anglais, et au fur et à mesure que je lisais ce livre, je trouvais de réponses à beaucoup de mes questions, ainsi que des nouvelles questions qui m’ont été éclairci d’une manière logique et convaincante par des étudiants musulmans, jusqu’à ce que je me suis décidé à embrasser l’Islam. J’ai pris contact avec l’association des étudiants musulmans de l’Université, par le biais de laquelle je me suis converti à l’Islam.

La première chose que j’avais apprise était la prière que j’accomplissais soit à la mosquée soit chez moi, d’o? mon obligation de demander à ma copine de dégager les statuettes de la chambre. Elle l’a fait malgré elle. Avec l’élargissement de mes connaissances en Islam, j’ai su qu’il n’était pas permis de rester avec cette femme. Lorsque je lui ai annoncé cela, elle était très gênée et m’a dit qu’elle a tout fait pour me satisfaire, alors que moi au contraire je la chiffonne et la néglige. Je lui ai fais savoir que j’étais devenu musulman et qu’il était impossible qu’on cohabite. Elle savait que je ne voulais pas seulement me débarrasser d’elle, et m’a demandé ce qu’elle pouvait faire pour continuer à vivre avec moi? Je lui ai fait savoir qu’elle devait s’islamiser pour que nous puissions nous marier. Elle m’a posé la question sur l’Islam, je lui ai expliqué ce que c’est que l´Islam. Malgré qu’elle n’était pas totalement convaincu sur le sujet, elle a accepté de s’islamiser pour rester avec moi.

Après notre mariage, nous nous rendions parfois ensemble à une mosquée plus proche de chez-nous. Et avec le temps, j’ai remarqué qu’elle n’accomplissait pas régulièrement ses prières. Lorsque je lui ai fait cette remarque et que le musulman doit accomplir ses prières aux heures prescrites, elle s’est excusé disant qu’elle faisait de son mieux , mais il lui arrivait d’oublier parfois. Je l’ai grondé pour cela, et les divergences s’accentuèrent entre nous au point que j’ai informé certaines femmes musulmanes qui venaient à la mosquée de notre situation. Lorsque l’Imam de la mosquée et certains frères ont appris cela, ils ont choisi un homme et une femme pour arbitrer entre nous. Ils m’ont fait savoir que ma femme, étant nouvellement convertie, a besoin du temps pour découvrir les vertus de l’Islam, et que je ne devais pas être dur envers elle. J’ai pris ce conseil en considération.

Avant mon islamisation, je passais la plupart de mon temps libre chez les amis de mon quartier; lorsque nous nous retrouvions, nous discutions sur tous les sujets et au même moment, sans que personne n’accorde une importance à l’autre. Lorsque je leur ai rendu visite après, ils ont remarqué mon silence et que je ne parlais que lorsque les autres m’écoutaient. Ils ont été surpris de ce changement. Et après plusieurs visites, j’ai vu bon de cesser de cotoyer ce groupe, dont je n’en tirais aucun profit, ne serai-ce-que perdre mon temps.

Mes relations avec mes parents étaient aussi très difficiles, puisqu’ils demeuraient dans le christianisme, et ne voulaient rien entendre de l’Islam. Suite à ces pressions, j’ai été obligé de changer de domicile. J’ai décidé d’aller habiter o? je pouvais apprendre l’Islam. J’ai choisi d’aller à Détroit o? réside un de mes amis de l’Université, un des activistes de l’association des musulmans d’Indonésie et de Malaisie en Amérique du Nord. Bien que je l’ai rejoint dépourvu de tout, il m’a logé et m’a aidé dans tous mes besoins. Voila pourquoi tu nous vois venir très souvent à la mosquée ensemble”

J’avais demandé à Jim, le secret de son perfectionnement de la lecture du Saint Coran, est-ce de son collègue Ahmad qu’il l´a appris? Il m’a fait savoir qu’il a appris cela à travers un ( CD) de lecture du Coran.

Une fois il est venu acheter un Coran de version anglaise, et lorsque je lui ai demandé ce qu’il voulait en faire? Il m’a dit qu’il voulait l’offrir à sa maman dans l’espoir qu’Allah la guide, je lui ai demandé de prendre autant d’exemplaire qu’il voulait sans payer tant que cela est pour l’appel.

Peu après, Jim a fait connaissance d’un groupe de la Da´awa (appel à l´Islam) et de “Tablig”. Et il est important de mentionner ici que malgré ce qu’on remarque de la directive ( man’haj ) de ce groupe, il fait des efforts appréciables dans l’appel des musulmans et leur rappel à Allah, comme il offre un environnement approprié pour le nouveau musulman lui permettant d’apprendre sa religion.

Après Jim nous a quitté pour suivre ces frères de Tablig dans leurs voyages d’appel à l’Islam, et nous rendait visite de temps à autre. Qu’Allah lui donne une bonne connaissance de sa religion, et accepte nos efforts tous! Amine!

Back to Contents